faire de la publicité sur Asturias.com
Cascade de Chorrón
rapports flickr: ensemble de photos introuvable

    Autour de Villamayor

    Nous réaliserons cet itinéraire depuis la gare FEVE de Villamayor (100 m.). En parcourant son tissu urbain, nous pouvons voir les bâtiments remarquables que la ville conserve, parmi lesquels il y a quelques exemples d'architecture indienne, en plus de la porte et de l'abside de style roman de l'ancien monastère de Santa María et de l'église de San Pedro, entre autres. De là, nous traversons la route principale pour emprunter l'itinéraire de la zone de loisirs de Villamayor, qui est bien indiqué.


    coordonnées Latitude: 43.3395767 Longueur: -5.2986293

    Tout d'abord, nous entrons dans le quartier de Carúa, en suivant le cours de la Petite Rivière à contre-courant. Nous avançons pratiquement sans dénivelé parallèlement à sa rive gauche, dans le sens de la marche et en laissant l'asphalte derrière. Immédiatement, nous rencontrons le sentier GR 109 Asturias Interior, en provenance de Mones. Évitant ce détour, nous progressons au milieu d'un enchevêtrement végétal, authentique forêt riveraine avec un bon catalogue d'éléments floristiques. Plus tard, nous devons traverser les eaux propres de la rivière par deux ponts en bois reconstitués successivement, jusqu'à ce que nous soyons dans la zone de loisirs, qui est équipée de son équipement classique. Sur la route à nouveau, nous traversons du côté opposé par un pont de pierre. Plus tard, Nous quittons la route de Torín sur notre droite et passons le tronçon suivant pour planter sur la route d'accès à la cascade de Chorrón, où les eaux de la rivière plongent dans un cirque fortifié avec plus de 15 m de dénivelé, au milieu d'un environnement naturel recouvert de chêne, bouleau, châtaignier et autres espèces d'arbres (230 m.) (3,3 km., En 1 h.). De retour sur le chemin d'origine, un peu avant d'atteindre la cabane de captage d'eau de Villamayor, nous marchons à droite le long de l'itinéraire balisé en passant un portail métallique. Derrière nous, nous avons la forêt, et en suivant le tracé du chemin pavé, nous franchirons une remontée mécanique avec des sections décalées jusqu'à ce que nous atteignions un carrefour. Sur la droite, le chemin sculpté nous conduirait à Torín, une destination que nous évitons désormais de poursuivre notre route à midi le long de la route d'origine, qui nous offre déjà de belles vues sur la Sueve et le ravin bombé à nos pieds. Plus tard, nous revenons pour entrer dans une zone boisée où le chemin passe par des tourniquets, après quoi les premières ruines de La Cueva (402 m.) Apparaissent déjà (4,5 km., En 1 h. Et 50 min.).

    La Cueva est un village appartenant à la paroisse de Villamayor (Piloña) qui est inhabitée depuis environ 50 ans et qui a 16 voisins. Son enclave est située sous le versant sud du pic Cerro el Tombu, dans la vallée qui irrigue la Petite Rivière. Son environnement constitue un coin magique naturel et sauvage, où se dessinent les chemins ancestraux qui donnaient accès aux villages, venant respectivement de Torín, Valle, Carúa et Pesquerín. Les enfants locaux sont allés à l'école dans cette dernière ville. Tellement de la rivière et le village sont quelques-unes des nombreuses attractions de ce chemin de randonnée.

    Nous la traversons de bas en haut pour emprunter le chemin qui nous mène à sa célèbre grotte, d'où le toponyme de la ville. Il s'agit d'une large cavité avec des restes de stalactites et de stalagmites et certains coulent. Ensuite, nous retournons à la route principale, embarquant sur la route en direction de Collada Doca, rencontrant plus tard une maison et une écurie restaurées, où la route royale est bloquée par la fermeture de la ferme. Par conséquent, nous sommes obligés de prendre un chemin alternatif qui nous mène à la voie d'accès de Valle. Grâce à elle, nous progressons régulièrement en traversant des fermes avec des noms communs tels que La Mallada et Prau Torre. Ensuite nous avons couronné la Collada Doca (548 m.) (7 km., En 2 h. Et 50 min.). Cet endroit, parsemée de huttes paysannes, elle constitue une fenêtre ouverte sur les paysages les plus reculés de Piloña. De là, des sentiers de bétail partent vers différents endroits, de préférence vers le pic Cerru el Tombu, situé au-dessus de nos têtes.

    Là nous avons dirigé par la pente du Cayu dans le sens nordique. Une fois au sommet, nous suivons le cours de cette crête allongée qui s'étend du sommet ouest de l'Arbolín de San Juan au sommet du cerru el Tombu (673 m.) (8,2 km., En 3 h. Et 40 min.). Il constitue l'un des sommets qui enchaînent le mont Cayu, une petite chaîne de montagnes située dans la commune de Piloña, à la croupe des villes de Torín, Melardi et Valle, et limitée entre les canaux fluviaux des rivières Pequeno et Valle. La chose la plus remarquable est sa situation géographique stratégique, car De son sommet, vous pourrez découvrir les horizons ouverts des Picos de Europa, de la Sueve, de la plaine côtière asturienne, et une myriade de petites chaînes de montagnes qui sont articulées sur la moitié de la région, des montagnes de Pongueta à la chaîne de montagnes cantabrique elle-même. Son emplacement est un cadeau de la nature.

    Après le séjour correspondant pour pouvoir admirer la vue panoramique, nous retournons à la colline, où, variant le sens de la marche, nous empruntons la piste qui descend vers Valle. En descendant là-bas, tout est une démonstration de paysages qui se succèdent. Nous descendons à travers la fontaine Gaiteru et sa bergerie éclaircie pour ensuite entrer dans l'étranglement du ravin sous les vieux châtaigniers ombragés de Mata del Osu. Le dénivelé est maintenu jusqu'au croisement au pied de la bergerie du Péruyeru. Lors du nivellement, il faut éviter un détour à gauche qui monte Braña Tayada sur le pont Los Ciegos, pour ensuite courir dans le pont des Carraces, qui nous traverse jusqu'à la rive opposée de la rivière Valle, en la traversant à nouveau par le pont Melendreres . Absolument nous continuons notre destination vers la ville de Valle le long de cette même marge, jusqu'à la connexion avec la ville (270 m. d'altitude moyenne) (11,1 km., en 4 h. et 30 min.). Cette paroisse est répartie sur une vaste zone où, en plus de ses bonnes maisons, se détachent l'église paroissiale de Santa María Magdalena, la grande maison à blasons et le joli pin fortifié. Puis nous remontons à travers son tissu urbain vers le quartier Mecín suivant le marquage intérieur du GR 109 Asturias, qui nous ramènera à Villamayor.

    La piste que nous suivons monte vers une colline d'où nous contemplons Infiesto en première ligne. Juste là, il y a le creux de La Reboria, dont dans le passé, le sable de lavage était extrait et vendu dans les maisons d'Infiesto. Puis nous retournons à l'est vers la ville de Melardi, que nous traversons par la place des Mates, où nous prenons l'asphalte de sa route locale qui descend vers la N-634. Nous la laissons bientôt sur la droite, en suivant l'empreinte d'un chemin de terre balisé qui nous mène sans difficulté vers le Quartier de Carúa de Villamayor et à son centre urbain, où nous terminons ce parcours de randonnée (100 m.) (15,4 km., en 5 h. et 30 min.).

    Livre «Routes à travers les montagnes et les routes des Asturies»

    Si vous voulez connaître les itinéraires de première main et des endroits comme celui-ci, nous vous recommandons d'acheter le livre «Routes à travers les montagnes et les routes des Asturies», écrit par Ángel Fdez. Ortega, l'un des plus grands connaisseurs des montagnes des Asturies.

    © · Textes et photos tirés du livre "Routes à travers les montagnes et les routes des Asturies" par Ángel Fdez. Ortega, édité par Delallama Editorial.



    Entreprises en vedette

    Nouvelles fraîches de notre terre

    Recommandations et promotions intéressantes des Asturies. On promet de ne pas être lourd 😊



    accepter notre politique de confidentialité


    bulletin asturien