asturies.com
Forêt de hêtres du monastère d'Hermo

Forêt de hêtres du monastère d'Hermo

hêtres et sorcières

Forêt de hêtres du monastère d'Hermo

hêtres et sorcières

La forêt de hêtres du Monasterio de Hermo est une immense masse boisée, très photogénique autant que mystérieuse. Les milliers de cimes forment une canopée si épaisse qu'elle a à peine laissé le sous-étage se développer. Les lichens pendent des branches des arbres et de leur écorce, donnant à la forêt une apparence sombre et inquiétante. Pas en vain, cette forêt de feuillus était le site de réunions de sorcières et favorisait les mythes des xanas et des enchantements. Tout cela dans le cadre d'un ancien monastère médiéval où régnaient les superstitions et la lutte contre le mal et le péché.

Photographies: © Roberto Molero sur Flickr



Latitude: 42.9788361 Longueur: -6.5388761
Ouvrir l'emplacement dans Google Mapsicône de cartes Goole

Avec plus de 1.500 XNUMX hectares (environ la moitié de celle de Muniellos), cette forêt est la plus grande forêt de hêtres des Asturies et l'une des plus grandes de toute la péninsule ibérique. Un "fayeu" qui fait partie du Parc naturel des Fuentes del Narcea, Degaña et Ibias et qu'il est très proche de la réserve de biosphère de Muniellos.

La ville de Monastère d'Hermo qui donne son nom à la forêt, est un lieu caché plein de légendes. L'un des cadres les plus fabuleux du sud-ouest des Asturies.

Monastères, covens et xanas

La ville est située à environ 34 kilomètres de la capitale de Cangas del Narcea, dans une zone frontalière avec des terres de León. Située à plus de 1.000 30 mètres d'altitude, sa population ne dépasse pas XNUMX habitants. Ici, nous trouvons plusieurs maisons traditionnelles avec une écurie, un grenier et un if inclus, certaines d'entre elles blasonnées. Son plus grand joyau est l'église paroissiale ; reste d'un monastère Fondée au XNUMXème siècle par les évêques Severino et Ariulfo qui échappaient au contrôle musulman dans le sud de la péninsule. L'Église serait réformée à la fin du Moyen Âge et à l'intérieur elle possède d'étonnants peintures murales. Entre autres, les représentations de la mort et de San Miguel vainquant le mal avec sa lance se distinguent.

La légende raconte que les habitants de part et d'autre des frontières provinciales évitaient, surtout la nuit, la source de Vega del Palo, car dans cette plaine proche de la forêt les sorcières dansaient et participaient à des orgies sexuelles avec les démons de Satan (qui présidait les covens incarnés dans un bouc). La forêt épaisse, sauvage et "sombre", a toujours causé une peur primitive aux habitants de ces régions. Ils avaient l'habitude d'utiliser le laurier béni pour guérir lorsqu'ils avaient des blessures et des égratignures étranges, car ils les attribuaient au morsures de sorcière et non au propre frottement avec la végétation de la fronde.

Forêt de hêtres du monastère d'Hermo

Il ya aussi des mythes xanas dans cet environnement. Une silhouette élancée de femme apparut devant les clients, distribuant un linge blanc brillant. Jusqu'à ce qu'un voisin audacieux s'aventure dans son domaine pour voler un manteau qui lui plaisait. Depuis, une voix d'outre-tombe se mit à le tourmenter : il allait connaître mille souffrances. Le voleur dut se confier à Santina et lui offrit la cape pour échapper à la malédiction.

La forêt d'Hermo

La forêt du monastère Hermo rend toute la région encore plus mystérieuse et unique. Le fait qu'une forêt de hêtres de telles dimensions soit capable de s'immiscer dans Muniellos, "territoire du chêne", est quelque chose de très inhabituel en soi. Nous parlons également de l'une des forêts de hêtres les plus remarquables de tout le pays. Il s'étend sur une dizaine de kilomètres le long du versant nord de la Sierra de Degaña, sur la rive gauche de la rivière Narcea. Précisément, les sources qui donnent naissance à ce grand fleuve asturien sont cartographiées dans certains des niveaux les plus proches, ainsi que dans la vallée de l'ancien monastère lui-même.

Lorsque le randonneur met le pied dans cette forêt de hêtres, c'est comme s'il pénétrait dans un tableau. La vivacité des couleurs est si écrasante que même les meilleures photographies ne peuvent lui rendre justice. Très peu de sous-bois par manque de lumière, rochers recouverts de mousse et arbres chargés de lichens, prédominant les barbes vulgairement connues sous le nom de barbes de vieillard ou barbes de bouc, qui ajoutent des coups de pinceau lugubres dans de nombreux domaines. Dans la partie la plus proche de la source de la rivière Narcea, le bécasse ou arcée On les voit assez facilement au coucher du soleil et leurs chants coïncident avec ceux des chouette hulotte. De nombreux animaux se réfugient dans son feuillage, y compris -peu probable mais pas impossible à voir- osos.

Tout au long de son extension presque vierge, vous pouvez voir les traces de la main de l'homme. il y a encore le mien reste et les pistes qui ont été tracées pour les atteindre et pouvoir transporter le minerai (il y a plusieurs décennies). La hêtraie d'Hermo, particulièrement bien dotée en bon bois, bien qu'elle n'ait pas été exploitée depuis de nombreuses années, a servi de matière première pour une partie des navires de l'Invincible Armada.

Itinéraires à travers la forêt d'Hermo

Bien qu'il existe de nombreuses raisons de la visiter, cette forêt est l'un des moins connus et des moins fréquentés de toute l', entre autres parce qu'il s'agit d'une propriété privée et qu'il n'y a pas de sentiers approuvés qui le traversent. On ne trouvera pas de circuits balisés ni d'indications quelconques de "PR" ou de "GR" (petits ou grands itinéraires), ni de balises multicolores. Surprenez le "pas d'entrée" à certains carrefours, bien que nous les rencontrions par étapes théoriquement dans le domaine public, appartenant à l'ancienne Cañada ou Camino Real qui unissait depuis des temps immémoriaux : Gedrez-Monastère-Braña del Narcea-Caboalles.

Ces circonstances font fuir le randonneur et renforcent l'ostracisme de la forêt. Or, ce n'est pas gênant de s'en approcher pour l'admirer de manière plus que simple. La route sinueuse et étroite qui part de la ville de boiteux va dans la vallée à Monasterio de Hermo, nous invite à conduire lentement, surtout de guérez, c'est-à-dire lorsque la vallée se rétrécit et que la masse de hêtres sur le versant droit commence à apparaître dans le paysage. Dans les sections où la rivière coule parallèlement à l'asphalte, la beauté est totale.

Après avoir atteint la ville de Monasterio de Hermo, nous pouvons encore continuer par la route, entre d'anciennes exploitations minières. La route finira par devenir une piste qui nous rapproche de la Brañas de Narcea. L'ascension nous permettra de contempler l'immensité du Monte de Hermo et la colline couverte de hêtres, qui ne peut être atteinte qu'à pied par de courts tronçons le long de pistes et de sentiers. C'est l'endroit idéal pour sortir de la voiture et découvrir l'intérieur de la forêt de hêtres, oui : tout laisser tel que nous l'avons trouvé ; sans faire de bruit inutile et en respectant les propriétés et l'environnement; marcher sans quitter les chemins et les sentiers ; sans déplacer de bûches, de branches ou de pierres ; SANS FAIRE DE FEU NI JETER DE DÉCHETS.

À Las Brañas, cinq cabanes sont conservées en parfait état, ainsi qu'une petite chapelle, à proximité d'une source d'eau cristalline. De là, le chemin commence vers Fuentes del Narcea et le vega del palo: « À la Veiga'l Palo. À l'offrande du diable. Au-dessus de cadavas et au-dessous d'artos."

© Texte : © Ramón Molleda pour asturias.com
Photographies: © Roberto Molero sur Flickr


Entreprises en vedette

Nouvelles fraîches de notre terre

Recommandations et promotions intéressantes des Asturies. On promet de ne pas être lourd 😊



accepter notre politique de confidentialité


bulletin asturien