Route vers la cascade de Tabayón

    Monument naturel sonore

    Allons-y l'un des itinéraires les plus intéressants de Redes, visitant une cascade de plus de 150 m, avec une dénivellation presque verticale, organisée par les eaux sonores du Mongayu tabayón (Monument Naturel), qui traversent cette enclave aux valeurs environnementales exceptionnelles. Le parcours de randonnée commence dans la ville casin de Tarna (996 m), à proximité de la route AS-117 et accessible par un petit détour. Dès que nous y arrivons, l'église paroissiale dédiée à San Pedro et son aménagement urbain moderne, motivée par la reconstruction qui a eu lieu pendant la période d'après-guerre espagnole, attire notre attention. Ils ont été soulevés à la suite des violents combats au début de la guerre civile; la ville est complètement dévastée en octobre 1937.


    coordonnées Latitude: 43.1099815 Longueur: et 5.2274108 octobre

    Depuis le panneau des indicateurs de piste PR-AS 60Cet itinéraire, qui circule dans la zone d'utilisation autorisée de ZURE, avance vers l'ouest le long d'un chemin bétonné, en direction de son cimetière. Le parcours est alors bien balisé, à l'ombre de grands arbres et au milieu des douces prairies de Los Llinares, un complexe végétal situé à l'ombre du mont Saperu. Deux enregistrements d'une prise d'eau jalonnent ce tronçon de l'itinéraire qui, en tournant brusquement du dernier vers la gauche et en descendant une pente raide, nous conduit à une bifurcation, appelée Terreros (1.080 m.) (1,2 km., En 30 min.).

    Sur la même croisière, nous verrons un panneau d'information qui nous montre l'itinéraire à suivre, soit à la cascade de Tabayón, à droite, soit au llanu del Toro, à gauche. En variante de cet itinéraire, et éventuellement, nous irons à ce dernier endroit afin de connais ses fameux "rebollos". Nous montons la pente raide qui s'approfondit vers la forêt du Mont Cabanielles, des chênes et des hêtres ombragés denses qui couvrent une bonne partie du versant nord de la chaîne de montagnes Mongayu. La trace du chemin, qui a une autre bifurcation à droite qu'il faut éviter, continue vers le haut marquée par plusieurs repères pyramidaux jusqu'au n ° 10.

    Ici même, situé dans une clairière de la forêt, le signal continue de changer de cap vers la gauche, le long d'un chemin qui fait face en diagonale à une autre nouvelle pente. Très bientôt, nous nous retrouverons au milieu de la la luxuriance de la forêt les «rebollos» de llanu del Toro (1.200 m.), Groupe d'arbres là où ils se détachent deux grands spécimens de chênes centenaires. Le premier d'entre eux, entouré d'une clôture de protection, a un périmètre de 9,7 m. Il s'élève au milieu d'un paysage d'une beauté impressionnante, le même que le deuxième spécimen, situé un peu plus haut. Celui-ci, également clôturé, a un périmètre de 7,4 m. Derrière la structure fantastique de ce monument naturel, vous pouvez voir au loin les silhouettes esquissées du montagnes qui composent la chaîne de montagnes de La Bolera, avec La Abedular et Montovio. Dans cette variante, nous avons parcouru 2 km. en un peu plus d'1 h. marchant.

    De Terreros, et après avoir évité le détour précédent, nous continuons avec l'itinéraire original le long de la piste, qui remonte dans l'obscurité de la forêt. Sans grandes pentes, nous traverserons plus tard le eaux orageuses du ruisseau Requexada par un pont de bois unique pour se positionner immédiatement sur les prairies de Cabanielles, un lieu ouvert à travers lequel on découvre la grande montagne Maciédome à l'horizon proche.

    Après avoir traversé cet endroit, la route-piste, toujours accompagné de repères pyramidaux, il converge vers la fontaine Los Arellales (1.165 m.) (2,7 km., 1 h. Et 10 min.), Parfaitement restauré et avec un bec en bois et une aire de repos. L'itinéraire continue en longeant le flanc du mont Saperu, maintenant sur un chemin qui remplace la piste. Plus tard, nous traverserons un autre ruisseau par un pont artisanal en bois, après quoi nous nous retrouverons dans une autre des très rares clairières de la forêt. De ce soulagement clair, Le cou de Negru apparaît, une autre montagne intégrée dans cette grande nature qui révèle ses tours de pierre nues et sombres. Ses ravins accidentés gardent la cascade de Tabayón, qui apparaît rapidement lorsque nous atteignons la lisière est de la forêt. L'esplanade de La Campona (1.171 XNUMX m.) Apparaît devant ce lieu insolite, situé sous le bassin de la rivière Mongayu. Depuis un carrefour de sentiers, nous tournons à droite et descendons légèrement jusqu'à ce que nous soyons dans le pâturage où se dresse un pâté de maisons, maintenant en ruines. Dans cette mosaïque de paysage, qui allie feuillage dense et orographie brisée, nous pouvons éventuellement monter à la base de la cascade, le long d'un chemin tracé entre buissons et rochers. À son extrémité et près de la belle et sonore cascade, il y a un panneau indicatif, dépourvu de texte (1.223 5 m.) (2 km., En XNUMX h.).

    De la cascade, nous retournons à La Campona (1.171 m.) (6 km., En 2 h. Et 30 min.). Une fois ici, et malgré les signes indicatifs qui conseillent d'éviter le retour à Tarna via le chemin PR AS-60.1 (en raison de deux argayos, survenus en février 2019, mais réparés le mois suivant), nous suivons le cours du ruisseau Mongayu sur le chemin qui réapparaît. Avec peu d'identification au début, il montre immédiatement sa large trajectoire, qu'il maintient et élargit plus tard, lors d'une descente soutenue. Face à une courbe prononcée, Rebelláu se trouve (1.034 m.) (7 km., En 3 h.), bergerie abritée pendant deux pâtés de maisons et surmontée d'un promontoire, à partir duquel un paysage extraordinaire est contemplé, enrichie de la vision de la bergerie de La Ablanosa, située à l'abri de la crête d'El Osu.

    Ici, le chemin entre dans le majestueuse forêt de hêtres du mont Saperu, avec un virage brusque vers la droite qui prend initialement un cours nettement oriental. Après avoir traversé un nouveau carrefour qui dévie vers la droite, nous conquérons ce soft mais longue dénivelée jusqu'à ce que nous soyons dans le lit de la rivière Nalón (903 m.) (8,5 km., En 3 h. Et 30 min.). Nous traverserons ses eaux puissantes par un pont en béton, qui a plus tard une autre fourche dans le bloc Llaría, avec une flèche indicative, vers la plaine fertile de Pociellu. Nous allons à droite et nous gagnons à nouveau la route AS-117 à travers le hameau de La Armadiella. En alternative, on peut aller à Tarna par une bonne route, qui descend vers la rivière et avance entrecoupée entre elle et la même route (un argayo, survenu à l'automne 2018, a bouché une bonne partie de cette variante, qui en l'été 2019 est devenu plus dangereux). Sans perte possible, nous surmontons la distance qui nous sépare de la ville (996 m.) (10 km., En 4 h.) En suivant le tracé de la route comme la meilleure option. Ici, nous terminons cet itinéraire de randonnée.

    Livre «Les réseaux, pas à pas»

    Si vous voulez connaître les itinéraires de première main et des endroits comme celui-ci, nous vous recommandons d'acheter le livre «Les réseaux, pas à pas», écrit par Ángel Fernández Ortega dans lequel il collectionne les routes de montagne et les itinéraires qu'il parcourt depuis plus de 40 ans dans ce domaine.

    © · Textes et photos tirés du livre "Redes, paso a paso" d'Ángel Fernández Ortega, édité par Delallama Editorial.



    Entreprises en vedette

    Nouvelles fraîches de notre terre

    Recommandations et promotions intéressantes des Asturies. On promet de ne pas être lourd 😊



    accepter notre politique de confidentialité


    bulletin asturien